Retour sur BlendWebMix 2019

Retour sur la BlendWebMix

Le BlendWebMix 2019, dont Camille Serain vous avez parlé dans son article « BlendWebMix 2019 nous coups de coeur » a tenu toutes ses promesses avec un cadre très agréable et un programme très riche et varié. Il y en avait pour tous les goûts.

Dans les bons points de cette édition, il faut souligner l’effort fait pour améliorer l’accessibilité à l’événement. Les conférences dans l’auditorium Lumière ont été traduites en langue des signes et retranscrites en direct, une belle démonstration de ce que la « Tech for Good » peut faire.

Justement, pour parler des usages de la Tech, j’ai décidé de revenir sur la conférence de Frédéric Cavazza, sur les causes et les enjeux du populisme numérique. Frédéric Cavazza est expert du web et a une vision très large sur l’impact que le numérique a sur la société. Il partage sa vision sur son blog FredCavazza.net.

La méchante Tech et l’obscurantisme numérique

BlendWebMix2019-Frédéric Cavazzza

Pourquoi on considère que la Tech est mauvaise pour notre société ? On n’arrête pas d’entendre « c’était mieux avant ». Mais, est-ce que c’est vrai ? Pourquoi avons-nous peur de la Tech ?

Il y a un malaise réel, vécu par une partie de la société qui sent que nous vivons dans une époque stressante où :

  • Le retard numérique est cause d’une fracture sociale.
  • Il existe une position dominante de certaines entreprises (GAFAM) et autres pureplayers.
  • On est constamment dépassé par des nouvelles avances et des nouvelles technologies.
  • Les règles du jeu changent constamment et la législation est clairement dépassée.

Face à ces constats, la solution proposée est presque la même : et si on démontait les GAFAM ? Et si on revenait à une ère sans numérique ?

Frédéric Cavazza définit cette idée du rejet massif de toute évolution numérique comme l’obscurantisme numérique : le fait de dire simplement « il faut en finir avec ce système ». Une fausse solution qui donnerait comme résultat, l’accumulation d’un retard vis-à-vis d’une autre société qui n’aura pas eu cette attitude.

Il fait éviter cette idée populiste de vouloir tout supprimer.

Sa solution : DETENDEZ-VOUS !

L’utilisateur : le maillon faible

Aujourd’hui le numérique est omniprésent, il ne va pas s’en aller. Il faut faire avec. Le problème principal du numérique n’est pas la technologie, mais l’utilisateur. Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui sont agressifs. Ce sont les utilisateurs qui apprécient insulter les autres de façon anonyme.

Pour réussir à créer une nouvelle ère digitale avec une Tech for Good, Frédéric Cavazza propose de travailler sur trois axes :

BlendWebMix - Frédéric Cavazza

  • L’éducation avant l’interdiction : « le système éducatif à plus de 800 ans, il faudrait l’adapter à notre société ». Ainsi que donner la compréhension du numérique au plus grand nombre.
  • Le numérique doit servir à protéger la santé, une tech au service de la personne.
  • L’évolution et le changement sont la responsabilité de chacun. Derrière le numérique il y a des humains qui doivent chacun apporter leur pierre à l’édifice pour avoir une vraie « Tech for Good ».

Un message qui a résonné très fort dans cette édition de la BlendWebMix, d’où on est sorti avec une belle envie d’apporter notre petite contribution à cette Tech for Good. Rendez-vous en 2020 !

 

Nancy Ochoa

Nancy Ochoa est fondatrice et dirigeante NCO Communication.