SEO : 10 erreurs en rédaction web qui nuisent à l’efficacité de vos contenus

SEO : 10 erreurs rédaction web

Pour devenir un bon rédacteur web, il est indispensable de respecter plusieurs critères propres au référencement naturel. C’est également le cas pour les entreprises qui souhaitent constituer leur équipe de production de contenus internalisée, en exploitant les bonnes pratiques expliquées sur cette page. Elles doivent en effet compter sur des professionnels qui savent rédiger sans commettre ces 10 erreurs en rédaction web. Car ces manquements deviennent fatals pour le référencement naturel des pages web et articles de blog. Connaissez-les pour savoir les éviter !

1. Ne pas savoir pour qui on rédige

Rédiger un texte pour un surfeur ou un chef de projet n’a rien à voir. Si le rédacteur ne sait pas à qui il s’adresse, il ne peut pas adapter son discours.

Il doit être briefé avec une fiche persona, c’est-à-dire un document qui détaille le profil du client cible.

Écrire pour tout le monde, c’est ignorer son lecteur, ses attentes, ses besoins, ses préférences et aspirations. Sans connaissance précise de l’audience ciblée, le contenu aura peu ou pas de succès.

Le contenu fourni doit être spécifique à un type de lecteur déterminé. Rien de mieux pour déclencher l’intérêt et la fidélité de son audience. Sans oublier l’objectif marketing d’un site web : convertir des visiteurs en prospects et clients !

2. Faire abstraction du contenu qu’attend le lecteur

Rédiger du contenu optimisé pour le référencement naturel signifie viser un mot-clé, afin de positionner sa page web dans les résultats d’un moteur de recherche tel que Google.

Le prospect tape un mot clé dans Google avec une attente précise. Il pose une question au moteur. Le rédacteur doit donc fournir la réponse attendue par le lecteur.

Se moquer du type de réponse qu’attend le lecteur revient à négliger le type de contenu attendu.

En raisonnant ainsi, le lecteur est totalement ignoré. La page web ne se positionnera pas dans les résultats de recherche à cause de l’absence de pertinence du texte.

3. Négliger les balises méta title et méta description

Ces balises sont les premiers éléments que l’internaute rencontrent lorsqu’il effectue sa recherche sur Google.

Voici en image le résultat lorsque je tape « techniques de vente » sur Google :

Balises title et meta description
Recherche Google « technique de vente »

Vous pouvez constater l’importance cruciale de bien rédiger ces deux balises :

  • chaque balise inclut l’expression clé « techniques de vente »,
  • la balise title promet un contenu apportant une réelle valeur d’usage,
  • la balise méta description continue à inciter le lecteur à cliquer.

4. Dupliquer son contenu

Si vous dupliquez votre texte (ou une grosse partie) sur deux pages différentes de votre site internet, Google favorise l’une des deux pages dans ses résultats, en desservant l’autre.

C’est également le cas si vous publiez le même texte sur une page de votre site et sur une page d’un autre site (cas d’un article invité).

Les règles à respecter :

  • pas de copier-coller sur deux pages de son site web (articles de blog inclus),
  • la balise méta description continue à inciter le lecteur à cliquer.

5. Omettre la longue traîne

Les mots-clés de longue traîne sont peu tapés dans un moteur, et correspondent à une recherche très précise de l’internaute.

Exemple de mot-clé général : « chaussures »

Exemple de mot-clé de longue traîne : « chaussure de pèche pour femme »

Ces mots-clés de longue traîne sont très importants pour deux raisons :

  • ils représentent généralement près de 80 % du trafic d’une thématique,
  • en les considérant, le rédacteur enrichit son texte et peut positionner sa page sur plusieurs mots-clés.

6. Créer des liens internes sans aucune logique

Le jargon professionnel désigne le fait de créer des liens entre les pages de son site par les termes « maillage interne » ou « linking interne ».

Les liens insérés sur une page qui pointent vers d’autres pages de son site doivent tenir compte de la logique en termes de sens.

Il faut raisonner en terme de rangement, c’est-à-dire en terme d’arborescence sémantique, fondée sur le principe page mère et pages enfants.

Exemple en image :

Maillage interne règles
Cocon sémantique

Imaginez votre site web comme une encyclopédie dans laquelle tout est bien rangé.

Inutile donc de créer des liens à gogo dans tous les sens sur une page ou un article de blog !

7. Se moquer des intertitres qui structurent son texte

Ne pas structurer son texte avec des intertitres équivaut :

  • à balancer un gros pavé de texte à la figure du lecteur,
  • à ignorer les headings html qui envoient des informations à Google

Ces fameux headings ou intertitres structurent le texte, à la fois pour l’internaute et pour les moteurs de recherche.

Ils doivent donc être bien rédigés et correctement intégrés : ils permettent une lecture fluide et participent au référencement naturel d’une page.

8. Intégrer des fichiers images trop lourds

Le poids d’un fichier image est essentiel. Si le poids est trop lourd, il ralentit l’affichage de la page web.

La vitesse de chargement d’une page est un critère vital pris en compte par Google. Le moteur défavorise les pages qui mettent trop de temps à se charger.

Il est donc primordial d’optimiser le poids de ses images en utilisant un outil tel que compressor.io par exemple.

Par ailleurs, n’oubliez pas de renseigner les attributs « titre » et « alt » de chaque image avec votre mot clé…

9. Rédiger des phrases à rallonge

Google préfère les phrases courtes.

Le lecteur se perd facilement dans une phrase très longue, il ne sait plus où il en est.

Si vous voulez exprimer plusieurs idées au sein d’une même phrase, décomposer vos idées.

Rédigez et intégrez une liste à puces pour :

  • une lecture plus fluide,
  • une compréhension limpide.

N’oubliez pas que la lecture sur écran est beaucoup plus difficile et plus fatigante que la lecture sur papier ! (Source : La Tribune)

10. Oublier de citer ses sources

Mettre des chiffres en exergue permet d’appuyer son discours. Vos arguments ont bien plus de poids si vous citez vos sources, surtout si elles sont renommées, donc de confiance !

Si vous ne le faites pas, vous provoquez la méfiance du lecteur. Imaginez ce qu’il peut penser : « voilà encore des chiffres sorti du chapeau, pipeau ! »

Personnellement, j’aime bien mettre les chiffres au format citation lorsque j’intègre mon texte.

Je mentionne ma source juste en dessous de la citation.

Se former pour maîtriser la rédaction web SEO

Mine de rien, le métier de rédacteur web comporte de nombreuses contraintes à intégrer.

Le contenu est l’un des piliers du référencement naturel. La rédaction web optimisée pour le SEO est donc un levier d’acquisition client qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Pour obtenir des résultats et attirer du trafic sur son site, il est crucial de comprendre tous les facteurs SEO qui influent sur la pertinence et l’efficacité du contenu.

Pour les professionnels qui souhaitent monter en compétences sur ce sujet, je propose une formation dédiée.

Formation rédacteur web SEO

luctus Curabitur vel, amet, commodo ipsum Aliquam Aenean elit. ante.